couverture
Lénine ou l’utopie au pouvoir
Staline pourquoi, comment
Parution : 14/04/1978
Format papier : 64 pages
6.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

L’État et la révolution, écrit par Lénine en août et septembre 1917 pendant son exil en Finlande, n’est paru en Russie qu’en janvier 1918. Il y décrit comment, conformément à la prédiction marxiste, avec la disparition des classes l’État devient inutile, impossible, et, selon l’expression classique, « dépérit ». Et ce processus, il ne le renvoie pas au terme d’une longue phase de transformation économique et sociale de la Russie. Il devrait s’engager dès l’acquisition de « tout le pouvoir » par les Soviets. Encore en janvier 1918, au congrès des Soviets, Lénine affirme « voir les idées anarchistes prendre enfin des contours vivants ».

Kostas Papaioannou montre comment, dans les quelques mois qui suivent la révolution d’Octobre, Lénine est amené à rejeter l’essentiel des principes qu’il avait énoncés au profit d’une centralisation toujours accrue des décisions et de la construction, selon ses propres termes, d’un capitalisme d’État inspiré de l’économie de guerre allemande. Après avoir rétabli la hiérarchie et les méthodes de commandement classiques dans une armée de conscription, chassé les autres organisations socialistes des Soviets, déclenché les réquisitions dans les campagnes qui aggraveront la famine, combattu les tendances à la gestion ouvrière, Lénine arrivera logiquement en 1921 à supprimer la démocratie à l’intérieur du parti communiste lui-même.

Boris Souvarine revient quant à lui sur les mécanismes qui ont permis à Staline, dans cette même période, d’asseoir son pouvoir à l’intérieur du parti, et donc de l’État. En 1919, le Comité central du parti avait obtenu du congrès de celui-ci le monopole des nominations des membres du parti aux différents postes qu’ils devaient occuper ; en 1920, le secrétariat à l’organisation reçoit le droit de procéder à ces nominations sans en référer au Bureau politique. Dès lors, le secrétaire à l’organisation et les services de gestion du personnel qui lui sont rattachés sont à même de favoriser ou de punir comme bon leur semble les cadres du parti, et donc de l’État. C’est la mise en place et l’utilisation de ces services par Staline que Boris Souvarine décrit avec précision.

Réalisation : William Dodé